Author

Other analyses

Crises chinoises : quatre dénis et un entêtement

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de la dernière chronique de David Baverez “Soleil levant” pour l’Express, publiée le 18 avril dernier dans sa version digitale. https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/chine-crises-sanitaire-economique-geopolitique-les-impasses-de-xi-jinping_2171668.html Crises chinoises : quatre dénis et

Read More »

KA 11 – Octobre 2016 – Religions du livre en Corée

abhijeet-gourav-jwr0xaXsYKk-unsplash

Dans les années 1990, la croissance sudcoréenne était considérée comme miraculeuse par la Banque mondiale. Le recours à ce qualificatif permettait de faire l’économie d’une analyse approfondie de cette expérience. À la même époque, la curie romaine pouvait également évoquer un miracle à propos de la multiplication du nombre de catholiques en Corée du Sud. Multiplié par 28 entre 1945 et 2015, il a connu une progression au même rythme endiablé que le PIB. Ces miracles sont l’aboutissement de dynamiques de long terme. C’est ce que montre le dossier sur la religion de cette 11e édition et dernière édition de Korea Analysis qui fusionnera avec les autres revues publiées par Asia Centre dans Asia Trends.Dans son survol de l’histoire du catholicisme en Corée, le père Poncet situe son démarrage dans le contexte intellectuel du XVIIe siècle. Lee Jong-seok montre que cette histoire longue explique le succès de la visite du pape François à Séoul. Revenant sur cette visite, Pierre-Emmanuel Roux analyse la place de la Corée du Sud dans la stratégie asiatique de la papauté. Évelyne Chérel-Riquier décortique les relations de l’Église sud-coréenne au monde politique. Enfin, Juliette Schwak s’intéresse à l’islam qui, apparu avant le catholicisme, reste minoritaire et méconnue en Corée du Sud.

Dans les articles en décalage, Éric Bidet et Hyungsik Eum décrivent l’émergence de l’économie sociale et solidaire sud-coréenne qui se situe à l’avant-garde. Léonie Allard, analyse les relations de la Corée du Sud avec l’Asie centrale. Jean-François Heimburger explore la réaction des Coréens victimes des explosions atomiques à la visite du président Obama à Hiroshima. Sur la base d’une enquête de terrain en Corée du Nord, Steven Denney montre que l’État, s’il échoue quotidiennement à fournir des biens publics de base, continue de produire une identité nationale distincte de celle du Sud.

 

Sommaire

– Editorial –

-Dossier: RELIGIONS DU LIVRE EN CORÉE –

Une brève histoire du catholicisme en Corée du Sud (Père Gilbert Poncet)
Les origines du christianisme coréen et le succès de la visite du pape François (Lee Jong-seok)

Entre dévotion religieuse et stratégie politique : la visite du pape François en Corée du Sud (Pierre-Emmanuel Roux)
Le rapport de l’Église catholique sud-coréenne au politique
(Évelyne Chérel-Riquier)
La société coréenne confrontée à l’Islam (Juliette Schwak)
 – Décalage –
L’émergence de l’économie sociale et solidaire et du modèle coopératif en Corée du Sud (Éric Bidet et Hyungsik Eum)
La Corée du Sud dans le « grand jeu » centre-asiatique
(Léonie Allard)
Obama à Hiroshima : focus sur les victimes coréennes des bombes atomiques américaines (Jean-François Heimburger)
Identité nationale et nationalisme nord-coréens (Steven Denney)