Author

Other analyses

Crises chinoises : quatre dénis et un entêtement

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de la dernière chronique de David Baverez “Soleil levant” pour l’Express, publiée le 18 avril dernier dans sa version digitale. https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/chine-crises-sanitaire-economique-geopolitique-les-impasses-de-xi-jinping_2171668.html Crises chinoises : quatre dénis et

Read More »

CA 25 – La Chine en sortie de crise? – Sept/Oct 2009

scarbor-siu-t_yqGMhkr4s-unsplash

La Chine, puissance responsable en devenir

Ce numéro de China Analysis illustre, dans divers domaines, la capacité d’analyse dépassionnée de nombre d’experts chinois dans des domaines souvent sensibles : celui du plan de relance économique et de ses effets, utiles ou nocifs ; celui du G 20, dont les possibilités réelles sont vues avec un certain scepticisme ; mais aussi des questions plus sensibles encore, comme le rôle que pourrait jouer l’Organisation de Coopération de Shanghai, et donc la Chine, dans le conflit afghan, ou la réalité des rapports stratégiques entre Chine et Russie : vraie alliance ou convergence d’opportunités contre le terrorisme.

La plus révélatrice des analyses concerne toutefois l’état des réflexions sur l’internationalisation du renminbi. L’idée est parfois considérée comme acquise, ou au contraire impossible puisque la monnaie chinoise n’est même pas entièrement convertible. Les experts chinois recensés semblent parier plutôt sur une évolution gradualiste, et même géographique, à partir de l’usage pratique de la monnaie dans les transactions commerciales, donc d’abord avec les voisins, puis les économies émergentes. L’approche est avant tout sino-centrée, n’accordant que peu d’importance aux critères juridiques qu’on attache généralement au statut de monnaie de réserve. Parfois la politique de partenaires importants semble considérée comme acquise. Il en va ainsi d’une alliance éventuelle du renminbi avec le yen japonais : comment en vérité considérer que le Japon, qui tire son influence de sa contribution aux institutions et règles monétaires globales, lierait le destin de sa monnaie à celui d’un concurrent qui n’a pas – encore – adopté les mêmes règles ?

En contrepoint, les analyses du magazine Caijing – actuellement en grande difficulté avec le départ de sa fondatrice, Mme Hu Shuli – montrent l’importance de la perspective économique intérieure. Risque de surchauffe contre spectre du chômage, « dollar trap » une fois de plus mis en évidence puisque la Chine ne peut plus précéder la Fed dans une remontée éventuelle des taux, qui provoquerait un afflux de capitaux spéculatifs, déséquilibres aussi du plan de relance qui a conduit à favoriser massivement les entreprises d’Etat, y compris à l’étranger : les experts chinois ne portent pas un regard tendre sur une politique économique que le monde extérieur a pourtant tendance à admirer. En filigrane, il est clair que la perception des risques est plus forte en Chine même, et sans doute chez les dirigeants chinois, que chez les observateurs extérieurs, désormais à peu près convaincus du « miracle chinois ».

Ceci explique peut-être l’extrême prudence des propositions chinoises sur le plan international, et même une certaine rigidité inquiète dès qu’est évoquée la question économique et commerciale. En témoigne le discours très défensif du Premier ministre Wen Jiabao au lendemain du sommet Chine –Union européenne à Nankin, le 30 novembre. En liant les demandes européennes de réévaluation monétaire au « protectionnisme » qu’il attribue à certains Etats-membres, M. Wen révèle la sensibilité de la croissance chinoise à la conjoncture du commerce international.

A ce jour, la croissance chinoise dépend toujours plus des investissements publics ou des exportations que de la consommation individuelle.

En contrepoint, ce numéro traite de la sensibilité des systèmes judiciaires à l’opinion publique « sur les deux rives », c’est-à-dire en Chine comme à Taiwan. Des voix juridiques s’élèvent en Chine contre la « dictature internet » et la pression des élans populaires sur la procédure judiciaire.

A Taiwan, par contre, le verdict très lourd contre l’ancien Président Chen Shui-bian et son épouse – la prison à vie, jugement toutefois soumis à plusieurs appels à venir – ne semble pas susciter une réaction très forte, même chez ses anciens camarades du Parti-démocrate-progressiste. L’opposition politique est à reconstruire, alors même que le gouvernement du président Ma Ying-jeou affronte l’impopularité.

 

Sommaire

DOSSIER: LA CHINE EN SORTIE DE CRISE? –

Vers l’internationalisation du renminbi ?

Plan de relance : quelle stratégie de sortie de crise pour la Chine ?

L’internationalisation des entreprises d’État chinoises en question

La diminution des IDE en Chine côtière ne résulte pas de la crise financière

– REPERES –

Bo Xilai, la lutte contre la corruption à Chongqing et le XVIIIe Congrès de 2012

Un rôle pour l’Organisation de Shanghai en Afghanistan ?

« Peace Mission 2009 », ou de l’inconfort d’une « alliance »

L’expression citoyenne, une entrave à l’impartialité des tribunaux

La condamnation de Chen Shui-bian est-elle politique ?

– DECALAGES –

Le G20 vu de Chine

Ont contribué à ce numéro : Valérie Demeure-Vallée, Jean-François Di Meglio, Yann Dompierre, Hubert Kilian, Olivier Moncharmont, François Schichan, Candice Tran Dai, Thomas Vendryes.