Author

Other analyses

Crises chinoises : quatre dénis et un entêtement

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de la dernière chronique de David Baverez “Soleil levant” pour l’Express, publiée le 18 avril dernier dans sa version digitale. https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/chine-crises-sanitaire-economique-geopolitique-les-impasses-de-xi-jinping_2171668.html Crises chinoises : quatre dénis et

Read More »

KA8 – Septembre 2015 – La Corée du Sud face au défi du changement climatique

lee-eunsu-oRs6zblNSCs-unsplash

Du 30 novembre au 11 décembre 2015, la France accueillera la 21e session de la Conférence des parties (COP 21) sur la convention-cadre des Nations unies consacrée aux changements climatiques (CCNUCC). La COP 21 apparaît comme une étape cruciale pour parvenir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, avec l’objectif de maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2°C. La Corée du Sud, douzième émetteur de gaz à effet de serre et qui a l’intention de devenir un pays à faible émission de carbone, aura un rôle important à jouer dans cette conférence.
La position sud-coréenne en matière de changement climatique et les engagements nationaux et internationaux de Séoul sont au cœur du dossier de cette huitième édition de Korea Analysis, qui commence par la présentation de repères statistiques sur les émissions de gaz à effet de serre de la Corée du Sud.

Lancée en 2008 par le Président Lee Myung Bak, la stratégie sud-coréenne de « croissance verte faible en carbone » est une politique diverse et complète englobant la lutte contre le changement climatique, la promotion des énergies renouvelables et le développement durable. Lee Jae-Seung, de la Korea University, analyse l’évolution de cette stratégie et examine les défis que pose sa mise en œuvre et qui sont basés sur l’évaluation de la première période. Suh Yong Chung, de l’université de Corée, considère que la Corée du Sud cherche à concilier sa participation aux efforts mondiaux de lutte contre le changement climatique et sa compétitivité économique. La contribution sud-coréenne présentée à la COP 21 envisage une réduction de 38 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) du pays d’ici 2030, accompagnée de deux initiatives majeures : la création de l’Institut pour une croissance verte globale (Global Green Growth Institute, GGGI) et du Fonds vert pour le climat (Green Climate Fund, GCF).

Sommaire

– Editorial –

– Dossier: LA CORÉE DU SUD FACE AU DÉFI DU CHANGEMENT CLIMATIQUE-

Repères statistiques
La stratégie de croissance verte à un carrefour ( LEE Jae-Seung)
Quelle contribution de la Corée du Sud à la COP 21? (Suh-Yong Chung)
La Corée du Sud face au défi climatique (Jean-Christophe Simon)
La Corée, un nouvel acteur du marché carbone (Wilfried Mourier)
Créer une éco-ville: le cas de Songdo (Guahk Youngah)

-Décalage-

Coopération économique en Asie du Nord-Est: une régionalisation économique était-elle possible? (Werner Pascha)
Réflexions générales sur les études coréennes 70 ans après l’indépendance (Sandra Fahy)
L’irruption de la Corée en Asie du Sud-Est (Jean-Raphaël Chaponnière)